Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ballades et virées en Camping car Découverte du monde du camping car. En balade avec notre fourgon aménagé. Après 20 ans de navigations, nous visitons la terre ferme

Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France

WEBMASTER-feeling

Dimanche 22 Août

Départ tardif mais peu importe, ne nous hâtons pas dans les préparatifs, il restera toujours quelque chose que nous aurons oublié. Notre étape de cette journée est assez courte et doit nous emmener vers l'ouest, cap au 270.

On traverse donc la vallée du Rhône. Ça sera déjà la troisième fois cette année depuis que nous avons troqué notre voilier pour un camping car. Déjà le Pilât et l’Ardèche nous avaient fait parcourir cette route que nous avions oublié depuis si longtemps.

Cette fois, nous devrions poursuivre vers l'inconnu et au delà, vers les monts d'Auvergne, les plateaux inhospitaliers, les plaines infinies...

Pour l'instant, notre étape France Passion étant fermée, nous poursuivons vers Dunières et son aire calme à l'écart du bourg et à coté de la Via-Fluvia où passent peu de cyclistes ma fois.

Demain le grand frisson nous attend...

 

Lundi 23 Août

Rendez vous est pris pour le parcours vélo-rail du Velay. Nous embarquons sans pass-sanitaire avec moins de 50 autres touristes donc, dans un wagon branlant qui tremble autant qu'Idaho, notre chien, que nous avons du mal à calmer.

Le pauvre aura son comptant de sensations car la descente bringuebalante, dans ce qu'il faut plus appeler un chariot qu'un vélo, lui aura fait vivre une expérience dont il se serait bien passé sans doute. Cela dit, et en vérité, je crois qu'il a apprécié à partir du dixième kilomètre...

 

Départ l'après midi après un rapide déjeuner et tous entièrement remis de nos émotions.

Nous continuons cette fois pour prendre un peu d'altitude et de solitude vers le mont Testavoyre dans le massif du Meygal.

Nous traversons des plaines d'altitude magnifiques et des villages aux maisons faites pour défier l'hiver.

A l'étape de m'offre un trail cool de 6kms en foret sur les pistes du domaine nordique

.

Mardi 24 Août

Nuit calme (on peut pas faire mieux ici) mais le chauffage au mini nous a permis de garder un cocon douillet.

Petite balade dans les bois à la recherche de champignons. Ils sont là c'est sûr mais on n'en a pas trouvé.

De là, nous poursuivons vers FAY sur Lignon, joli village où se trouvent tous les commerces. Nous y achetons de quoi manger en attendant de se ravitailler dans un accueil France passion qui vaut vraiment le détour. Leur magasin regorge de produits plus alléchants les uns que les autres. Confitures, sirops, apéritifs et pas que... des mélanges des recettes surprenantes (liqueur de foin, vin au poivre « le poivrot », pâte chocolatée à la noisette et aux lentilles, et bien d'autres délices).

Après ces quelques achats, nous poursuivons sur quelques kilomètres jusqu'à Chaudeyrolles, petit village (un peu mort quand même, voir totalement mort) mais qui offre une aire agréable pour la nuit et gratuite.

Notre étape ici nous rapproche du Mt MEZENC et offre quelques possibilités de ballades à tester demain car la journée est déjà bien avancée.


 

Mercredi 25 Août

La matinée se lève maussade, le ciel est bas et le narce de Chaudeyrolles dans la brume.

Qu'à cela ne tienne, petit décrassage en douceur en footing sur cette boucle parfaite qui ceinture un ancien cratère vieux de 120000 ans. Pendant ce temps, le soleil s'est levé et permet d'entrevoir une grimpette au mont Mezenc proche.

Bien que très parcouru, cette petite marche nous offre un splendide panorama sur la suite de notre trip.

Nous terminerons cette tardive matinée vers 14 heures par un déjeuner au pied du mont Gerbier de Jonc....Impressionnant.

Plus le mont que les sources, cette Majesté dressée à 150m montre un profil abrupt sans aucune faces car c'est un cône parfait.

Un bivouac sympa nous attend après le départ des voitures.

 

Jeudi 26 Août

C'est avec une petite pointe d'impatience que j'envisage la grimpette sur ce monticule qui ma foi s'avère quand même un peu raide. Histoire de pas l'attaquer «à froid», je m'offre un petit run de 6 kms sur le GR, malheureusement en aller-retour. C'est donc bien «chaud» (un peu trop même) que j'attaque gaiement la grimpette...qui calme vite mes ardeurs😰 ! Mais ça en valait le coup car la vue est au rendez vous.

Petit dej au retour et on vire en direction de lieux dont les altitudes semblent plus raisonnables. Mais ici, on ne fait que monter et descendre !

Les routes sont magnifiques, alternant forets denses et plaines où nous recommençons à voir les premières cultures (maïs) depuis bien longtemps.

Après la visite (un peu décevante) à Arlempdes et baignade dans la Loire pour Idaho sur une halte France Passion, nous poursuivons et trouvons un bivouac vers la cascade de La Baume.

 

Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de FranceAllons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France

Vendredi 27 Août

Le bivouac de la cascade de la baume fut un peu stressant du fait de l'arrivée en pleine nuit (noire de chez noire dans ce bois) de deux individus en voiture qui, après avoir bu un verre (de quoi mystère!) s'en sont allés dans les bois à la frontale (vers où et faire quoi...mystère). Quoi qu'il en soit, nous fumes soulagés de les voir revenir et décamper peu après minuit.

Le reste de la nuit fut très calme mis à par le ruisseau tonitruant à 3 mètres du fourgon !

Au petit matin nous descendons jusqu'à la cascade qui vaut vraiment le détour

Nous poursuivons vers notre ville étape du Puy en Velay.

Place prise au seul camping de la ville, nous partons visiter la vielle ville qui est ma foi magnifique mais dont tous les monuments et musées sont soumis au pass-sanitaire. Du coup, cela nous motive d'autant plus pour la manif de demain 😀.

Samedi 28 Août

Journée repos donc on ne va pas trop bouger sauf pour la manif et le petit footing le long de la voie verte avec Idaho.

Le soir, je vais voir les illuminations sur le mont saint Michel. Il est possible de rester bien plus longtemps sans s'ennuyer ici.

Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de FranceAllons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de FranceAllons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France

Dimanche 29 Août

 

On poursuit vers l'ouest. Une « longue » étape pour nous pour changer de département et visiter saint Flour sous chef lieu du Cantal.

Petit détour vers le viaduc de Garabit construit par Gustave Effel et ses ingénieurs. Comme le pont transbordeur des Saintes, que j'avais eu la chance d'escalader pour des raisons professionnelles, cet ouvrage est magnifique (la couleur rouge étant discutable).

La ville est belle mais, est-ce l'effet du Puy en Velay (qui est merveilleux), nous n'arrivons pas à nous émerveiller. Nous quittons donc très facilement cette bourgade où Camping Car Park CCP sévit visiblement rendant le bivouac interdit sur l'immense parking vide de la ville avec une affiche CCP juste au dessous de l'interdiction. Encore une municipalité hors la loi et qui s'est fait enfumer par le chant des sirènes de CCP.

Un bien pour un mal, nous trouvons un superbe bivouac près du château de Sailhant magnifiquement conservé. Là nous rencontrons un charmant couple de camping caristes. Comme nous, ils n'ont pas de passe-sanitaire et nous épancherons notre frustration de ne pouvoir visiter ce château à 4 visiteurs lors d'un apéro qui s'est terminé à 22h00 ! (avec modération).

 

Lundi 30 Août

Petit trail de 1 heure où je me paume un peu mais pas grave car Skipette m'a attendu et n'est pas partie seule avec la Barôte...

Après déjeuner, nous disons « au revoir » à nos nouveaux amis entre 10h00 et 13h30 car oui, nous avons beaucoup de choses en commun et à nous raconter.

Vu l'étape de montagne qui s'annonce je presse un peu pour arriver à l'ouverture du magasin de sport de St Flour vu que nous avons fait notre sac comme des brêles. En fait, pas du tout assez de vêtements chauds vu la météo et vu le fait que nous ne sommes pas en Andalousie vu que Conchita n'a pas voulu y aller et du coup c'est de sa faute si on se pèle sur les hauts plateaux du cantal vu qu'on descend jamais à moins de 800m et d'on est plus souvent à l'altitude de notre plateau Matheysin et que je regrette bientôt de ne pas avoir pris les chaînes !!

Du coup, on va calmer les étapes de montagne hormis le Puy Mary et Salers sur lesquels je ne transigerai pas !

Mais après, on va essayer d'infléchir notre course vers des latitudes (et surtout des altitudes plus clémentes).

Pour le moment, nous sommes en escale forcée sur un parking au col de Serre à 1340m d'altitude donc pour ce qui est de ne plus faire de montagne... on s'est un peu gouré.

Le bivouac est forcé vu que la route est interdite dans ce sens entre 12h00 et 24 heures...on va quand même pas y aller de nuit !

 

Mardi 31 Août

Finalement, on va finir par escalader cette route à sens unique jusqu'au parking au pied du Puy Mary. Bizarre, car cette route est relativement large, en tout cas, assez pour permettre le croisement de deux camping cars. Je crois malgré tout que nous sommes bien loin de l'affluence estivale vu le nombre de places libres du parking.

Vite fait, je me lance en aller-retour jusqu'au sommet du puy avec un vent de folie car c'est l'heure de l'inversion des températures et donc la dispersion des nuages qui filent à l'horizontale. Dommage pour la vue.

Retour  juste à temps pour échapper aux percepteurs du parking (4€ c'est quand même cher de l'heure).

Descente sur Salers sur les conseils de Jean-Paul et Dominique. C'est effectivement magnifique et heureusement déjà moins fréquenté. Nous y achetons fromage Cantal et Salers évidemment.

A partir d'ici et ensuite tout au long de la Dordogne, le villages rivaliseront de beauté, tellement qu'il est difficile de les citer tous.

Nous entrons en Xaintrie Noire.

Notre étape nous conduit chez un gaveur de canards, étape France Passion (TOP 44.99199, 2.10275).

Il nous instruit de son métier et de plein d'autres choses concernant la vie paysanne car, étant au syndicat depuis tellement d'années, il en connaît tous les tenants et aboutissants.

Nous ne repartirons pas de la boutique sans foie gras.

 

Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de FranceAllons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de FranceAllons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France

Mercredi 1er septembre

Petite promenade matinale jusqu'à la rivière pour voir les vestiges des villages et verroteries du 19eme dont il ne reste malheureusement que des ruines. Les maîtres verriers étaient une caste riche ayant droit de porter l'épée. Les feux des fours ne s'éteignaient jamais.

Nous quittons cette halte tardivement vers un autre France passion pour y acheter du vin paillé. Malheureusement, sans succès, le propriétaire étant absent.

Nous poursuivons vers la Dordogne pour trouver un camping (très bof bof) – no comment.

 

Jeudi 2 septembre

Décision est prise d'aller voir le gouffre de Padirac et Rocamadour même sans passe-sanitaire car ...tant pis au moins on verra le trou !

Arrêt donc à Padirac, le temps d'une course de 6 kms avec Idaho sur le GR (pas vu de Pèlerins!)

Le gouffre est impressionnant. Achat pinard et pêches.

Bouffe vite fait et on vire en retard suite sieste.

On arrive donc tardivement à Rocamadour où on décide de passer plus de temps demain vu l'impressionnant empilement de monuments qui s'offre à notre vue .

Bivouac P4N (44.792702, 1.59169) encore folklo en haut d'une crête complètement paumée. Angoisse à l'arrivée d'une bagnole mais ce sont pas des violeurs donc on dort finalement très bien.

Pluie faible dans la nuit.

 

Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France

Vendredi 3 septembre.

Visite de Rocamadour. C'est...comment dire... assez grandiose. Y'a vraiment que les religieux pour fabriquer des trucs pareils. Un empilement de sanctuaire, sur une église, sur une autre église sur un château... tout ça sans fin.

Miel, jambon glace et on file.

Encore et encore des villages « plus beau village de France » c'est très frustrant. Franchement ils exagèrent dans la région !

… et on arrive à notre halte France Passion à Castelnaud la Chapelle pour achat de vin, huile aux truffes et pâtisseries maison.

Ici encore, l'exploitant nous exprime sa grogne envers tous les règlements qui l'étranglent. Les primes à la plantation des noyers qui feront suite aux primes pour arrachage lorsque ça ne sera plus rentable sachant que ça ne sera jamais rentable à ce rythme. Tous les exploitants rencontrés (y compris certains devenus à la retraite des camping caristes) nous font part de la même impasse vers laquelle mène l'Europe et les coopératives devenues multinationales. Quelle tristesse !

Petit footing sur GR bien sympa (bon, le chrono est pas top), juste pour justifier un bon apéro en suivant.

 

Samedi 4 septembre

Aujourd'hui, longue étape pour changer de région et toujours croiser vers l'ouest direction Bergerac que nous visiterons pendant la manif de samedi et faisant connaissance avec des gens sur place.

Nous quittons donc le Périgord Noir pour entrer dans le Périgord Pourpre et ses vignobles.

Notre étape quatre étoiles se fera d'ailleurs à MONTBAZILLAC. Incontournable pour regarnir la cave. De toute façon, nos étapes France Passion sont toujours synonymes d'alourdissement du fourgon !

Donc mention spéciale à ces viticulteurs qui nous accueillent ; d'abord pour leurs vins, leur merveilleuse hospitalité invitant tout le monde à un apéro-dégustation à 18H00 et à la qualité des emplacements séparés par des ceps de vignes (garnis à cette époque).

 

Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France

Dimanche 5 septembre

Après un footing sur GR (encore et toujours un GR passant à proximité de l'étape – vive la France), nous filons vers Cahors.

Maintenant que nous sommes sur le retour, nos étapes s'allongent et nous font traverser des régions que nous ne connaissons pas et où nous reviendrons sûrement plus longuement.

Nous accostons donc notre cinquième fleuve le Lot, après l'Ardèche, la Loire, l'Allier et la Dordogne. Suivront l'Aveyron et le Tarn vers Millau demain

Etape France Passion, vous devinerez jamais... quelques bouteilles de Cahors dont du 2007 « à boire rapidement » me dit-il 😂!

 

Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de FranceAllons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de FranceAllons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France

Lundi 6 septembre et mardi 7 septembre

Etape de deux jours au camping de Millau au bord du Tarn. Visite de la ville, repos, lessive... je m'offre quand même deux footings « légers » dont une montée au Pouncho d'Agast plutôt hard mais magnifique avec une belle vue, des grottes, et un beau parcours sur arête, vertigineux.

Millau enorgueilli d'être « la capitale des sports de pleine nature ».

Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de FranceAllons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France
Allons divaguer sur les Hauts plateaux et le long des fleuves de France

Mercredi 8 septembres

Le chemin du retour nous fait traverser l'impressionnant plateau du Larzac puis encore des endroits ou nous nous promettons de revenir car le Tarn ne nous a as révélé tout ses secrets, l'Hérault est là ainsi que le parc national des Cévennes. Tant de beaux coins à découvrir.

Nous entrons dans un autre monde pour ce retour, fait d'autoroutes, de zones commerciales, de ronds points et ou la densité de population dépasse les 30 habitants au km²...

 

… hâte de repartir.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires