Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ballades et virées en Camping car Découverte du monde du camping car. En balade avec notre fourgon aménagé. Après 20 ans de navigations, nous visitons la terre ferme

On part, on part ... Sur la route de Giono

WEBMASTER-feeling
Vendredi 7 mai Direction Sisteron

Traversée de Grenoble, les retrouvailles, le grand plaisir des bouchons du contournement de Grenoble. Mais déjà nous prenons de l’altitude direction le col de Lus la croix Haute. Bien qu’ayant vécu 30 ans autour de Grenoble, il y a bien longtemps que nous n’avions emprunté cette route.

Les souvenirs reviennent donc au fur et à mesure des kilomètres. Les Camping-caristes sont lâchés ! On n’arrête pas d’en croiser J

Dès Sisteron Nous bifurquons dans la vallée du Jabron car nous prenons les étapes de la route de Giono à rebrousse poil. C’est bien nous ça ! Le paysage change et les premières lavandes font leur apparition.

Sur notre gauche, la masse austère de la montagne de Lure que nous découvrirons beaucoup plus sage sur sa face sud.

Notre première étape sera chez des cultivateurs de Safran et fruits rouges à Noyer sur Jabron (voir étape France Passion 5/5). Là nous pourrons gouter des recettes safranées et acheter les confitures et humer du VRAI safran cultivé à 100m de la ferme.

 

Samedi 8 mai – Montbrun les bains

Etape courte dans des paysages grandioses. Toujours la montagne de Lure sur notre gauche nous roulons plein ouest avant de bifurquer et descendre sur Montbrun les bains.

Mais avant d’arriver, étape pour midi à Montfroc où je me régale d’un petit trail de 6 kms (que je vous partage ici)

A Montbrun, encore une étape France passion. On ne se lasse pas de ces gens qui nous accueillent si gentiment et qui en plus, cerise sur le gâteau, sont capables de nous offrir pour une somme modique le produit de leur travail. Ici nous allons trouver de la farine de petit épeautre.

Monbrun est très joli comme beaucoup de ces villages anciens. Ici, les masques sont un peu oubliés et on se demande bien à quoi ils pourraient servir !

On part, on part ... Sur la route de Giono
On part, on part ... Sur la route de Giono
On part, on part ... Sur la route de Giono
On part, on part ... Sur la route de Giono
On part, on part ... Sur la route de Giono
On part, on part ... Sur la route de Giono
On part, on part ... Sur la route de Giono
On part, on part ... Sur la route de Giono
Dimanche 9 mai – BANON

Nuit des plus calmes dans ce grand champ où le soleil m’attire déjà

Encore un petit trail de 5 kms autour de Montbrun pour bien commencer la journée et ménager mes vieux os. Le deuxième parcours où je ne rencontrerai personne !  Voir ici

Vu que la météo s’annonce des plus maussades pour les deux prochains jours, nous poursuivons notre route au pays de Giono par le sud de la montagne de Lure cette fois, en traversant le plateau d’Albion direction Banon. Des champs de lavande à perte de vue. Il faudrait vraiment revenir en juin, fin juin idéalement, pour sentir le parfum des distilleries de lavande.

A Banon, une aire au centre du village nous permettra une halte avec possibilité de se ravitailler et de faire, comme on a appris à le dire avec la bouche en cul de poule, …« les services ». Ce qui veut dire vider le chiotte et faire le plein d’eau.

A Banon, il y a une spécialité c’est … le Banon (un fromage de chêvre enveloppé dans des feuilles de châtaigniers et il y a aussi une autre spécialité c’est un camion de vente ambulante (j’ai horreur des mots Anglo-saxons) de cuisine asiatique. Malheur ! Ça faisait au moins un an qu’on n’avait pas mangé « chinois » à cause de ces fermetures confino-restricto-réducto-masquées.

"Le Portail" ancienne porte à machicouli du XIVeme
"Le Portail" ancienne porte à machicouli du XIVeme
"Le Portail" ancienne porte à machicouli du XIVeme
"Le Portail" ancienne porte à machicouli du XIVeme
"Le Portail" ancienne porte à machicouli du XIVeme

"Le Portail" ancienne porte à machicouli du XIVeme

Lundi 10 mai – Forcalquier

La météo annonce pluie. He bien, elle ne s’est pas trompée.

Du coup, on va faire l’impasse sur l’ascension de la montagne de Lure (dommage, il faudra revenir). On décide l’aller plus loin et ce sera Forcalquier où nous ne sommes pas retournés depuis fort longtemps.

On se plante vers le cimetière classé juste sous le panneau « interdit aux camping cars ». Il pleut tellement que je ne l’ai remarqué que le lendemain. En fin de journée une accalmie et nous visitons finalement le cimetière car l’ambiance s’y prête. Cimetière étonnant. Nous sommes accompagnés de centaines d’escargots qui font la course.

sous la pluie...
sous la pluie...
sous la pluie...
sous la pluie...
sous la pluie...

sous la pluie...

Mardi 11 mai – Forcalquier bis

Nous décidons d’aller voir l’aire CC de Forcalquier et nous la trouvons vraiment sympa (beaucoup de place dans des allées espacées). Le tonnerre gronde encore et quelques averses de grêle ponctuent la journée ;  nous profitons de quelques accalmies pour grimper jusqu’à la citadelle (qui n’en est pas une).

Nous arrivons en même temps que le gardien ( ?) qui s’avère être un vrai guide conférencier et qui nous instruit pendant une heure sur la chapelle, les différents édifices qui se sont écroulés ici et là, le carillon, la géologie, la géographie,… tout y passe. Nous sommes ravis de cette rencontre.

On part, on part ... Sur la route de Giono
On part, on part ... Sur la route de Giono
On part, on part ... Sur la route de Giono
On part, on part ... Sur la route de Giono
On part, on part ... Sur la route de Giono
Mercredi 12 mai – Rustel

Enfin le soleil ! Sans doute pour deux jours !

Vu que nous avons shunté la montagne de Lure, nous envisageons le mont Ventoux. Direction donc ver le nord ouest.
Première étape aux gorges d’Oppedette que je m’offre en Trail soft (attention terrain accidenté et passage à gué scabreux après les pluies). Mais une bonne étape de mi-journée.

Nous avons la surprise d’assister à une transhumance de biquettes avec le vieux berger, le border collie de travail et les deux patous qui ferment la marche. Une vraie carte postale. Notre chien est un peu jaloux. Je retourne au fourgon lorsqu’un des deux patous s’approche en me fixant d’un drôle d’air (j’aime les chiens mais je me méfie de ceux là qui sont à moitié sauvages)

La suite sera pour Rustel où on découvre une étape France Passion juste à coté du départ du colorado. On ira depuis notre bivouac mais on écourte car c’est un peu trop la cohue à notre goût (du monde, des sefty, la queue-leu-leu comme à IKEA). Finalement, on retourne chez notre hotes FP pour acheter un blanc pour l'apéro!

On part, on part ... Sur la route de Giono
On part, on part ... Sur la route de Giono
On part, on part ... Sur la route de Giono
On part, on part ... Sur la route de Giono
On part, on part ... Sur la route de Giono
On part, on part ... Sur la route de Giono
On part, on part ... Sur la route de Giono
Jeudi de l’ascension … du Ventoux

Un vent de folie ce matin qui a failli m’arracher la portière lors de la halte photo. Nous poursuivons jusqu’au Ventoux.

Halte et visite pour avitailler à SAULT, puis nous entamons l’ascension avec beaucoup plus de sérénité que certains cyclistes. Arriveront-ils tous en haut ? En tout cas, bravo à eux.

La route du sommet étant fermée (elle n’ouvrira a priori qu’au 15 mai soit dans deux jours), nous stoppons à un parking peu après le chalet Reynard. Très grand, il offre quelques places à plat à condition de rester dans le bas.

Petite course apéritive avec le chien sur un chemin de traverse désert et pourtant fort agréable et au retour, c’est l’apéro, (il est 15h30, on est un peu décalés) !

Finalement, le temps magnifique nous incite à rester, Nous passerons donc la nuit ici avec 3 autres CC.

On part, on part ... Sur la route de Giono
On part, on part ... Sur la route de Giono
On part, on part ... Sur la route de Giono
On part, on part ... Sur la route de Giono
On part, on part ... Sur la route de Giono
Vendredi 14 mai – Retour

 

Eh oui, ça sera la dernière journée de cette escapade.

Ca n’était pas prévu mais c’était sans compter sur nos fournisseurs FREE et SFR que j’ai eu la bonne idée de mettre en concurrence et qui, pour se venger, nous ont coupé téléphone et internet sans prévenir.

Résultat, étant injoignables, nous avons dû écourter...

Bon, la météo n’était pas non plus franchement à la rigolade pour les jours à venir. Mais bon !

Alors cette journée a commencé par la descente du Ventoux au frein moteur. Oulala, que ca descend ! Les cyclistes croisés avaient une autre appréciation de la chose !

Nous avons ensuite traversé des villages connus cette fois – Malaucène, Vaison, … pour stopper sur une étape France passion où nous aurions dû passer la nuit à PIEGON.

Finalement, nous n’y achèterons que de la tappenade pour l'apéro et du pinard (c’est déjà ça)… et il est bon !

Retour N7 en se remémorant nos routes de vacances étant enfants et en constatant que cette route a bien changé. Les zones commerciales, toutes identiques, sont bien tristes à la périphérie de nos bourgades. Les rond points desservant ces zones bien trop nombreux. Heureusement que notre Camping car nous donne de la hauteur pour observer tout ça.

Déjà rentrés et hâte de repartir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires